dégomekiller Index du Forum
dégomekiller Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

OEliguvres Complegravetes De Pierre Louyumls 1929 1931 T

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    dégomekiller Index du Forum -> dégomekiller -> Postulation
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
xaypey


Hors ligne

Inscrit le: 10 Avr 2016
Messages: 125
Localisation: Nice

MessagePosté le: Lun 3 Juil - 22:55 (2017)    Sujet du message: OEliguvres Complegravetes De Pierre Louyumls 1929 1931 T Répondre en citant



Le jour où elle eut quinze ans, la petite Marie-Anne Colmaille commença de se sentir honteuse de sa vie présente et passée, pour avoir vécu si longtemps sans accomplir aucune action qui pût lui gagner le paradis.

Il ne lui suffisait pas de réciter ses prières, d’assister chaque matin à la messe, de ne jamais tomber en état de péché mortel, de se confesser tous les samedis, et de recevoir tous les dimanches le corps de Notre-Seigneur. Tout le monde pouvait en faire autant et il n’y avait pas grand mérite à suivre une règle si facile. Qui pourrait oublier de prier Dieu ? Qui serait assez impie pour s’exposer jamais à pécher mortellement ? Qui ne communie pas au moins une fois par semaine ? Si pourtant la vie éternelle se partageait entre deux destinées, l’une pour les réprouvés, l’autre pour les élus, il fallait bien que ceux-ci eussent fait quelque chose pour mériter leur gloire. Et Marie-Anne n’avait rien fait. Quand elle prenait conscience de son indignité, elle baissait la tête et rougissait d’elle.

Marie-Anne était fille du sonneur qui, depuis quarante ans et plus, sous le roi François, sous le roi Henri et sous les trois derniers souverains, avait chaque jour appelé les Rouennais à l’office, à la méditation ou à la prière.

Le père Colmaille demeurait, avec sa vieille sœur et sa fille unique, Marie-Anne, dans la plus grosse tour de la cathédrale, celle que le peuple a surnommée la Tour de Beurre, parce qu’elle fut élevée avec les offrandes des fidèles, autorisés, chacun pour six derniers tournois, à faire usage de beurre au lieu d’huile pendant le temps du carême. Marie-Anne ne descendait guère l’interminable escalier tournant qui était pour elle le chemin de la ville. Rouen lui apparaissait d’en haut comme un petit lac immobile et parfois couvert de brumes. Elle ne connaissait rien des hommes, sinon qu’ils habitaient la terre, tandis qu’elle vivait dans le ciel.

Sa vieille tante, Magdelaine lui avait appris à lire dans le seul livre qu’elle possédât et qui était une Vie des Saints. C’était tout ce dont Marie-Anne avait été instruite sur l’histoire du monde et la science humaine ; et sa bonne tante, elle non plus, n’en savait pas davantage. Aussi, Marie-Anne s’était-elle accoutumée à croire qu’il n’y avait ici-bas que des saints et des damnés. Sans doute, ceux-ci pouvaient d’avance prévoir leur futur supplice en constatant que pas une lueur extraordinaire ne venait à eux du firmament, que les corbeaux ne leur apportaient pas leur nourriture, que le fer les blessait, que le feu les brûlait et que les grandes eaux de la Seine ne s’écartaient point sur leur passage. Ceux-là, au contraire, les Saints, les Élus, étaient toujours avertis de la bienveillance divine par quelque manifestation soudaine et surnaturelle : une voix, une vision, un présent céleste apporté doucement par des mains invisibles dans leurs mains extasiées.

Et comme rien de miraculeux ne venait éclairer la vie de Marie-Anne, elle ne croyait pas à sa rédemption.


⁂

Au sommet de la Tour de Beurre, il y avait une cloche, la plus lourde du monde, la plus monstrueuse qu’eût jamais fondue un mouleur de bronze.

On la nommait la Georges-d’Amboise, du nom du cardinal qui avait fait bâtir la Tour. Elle pesait quarante mille livres et était mue par quatre câbles ; mais depuis très longtemps on ne la sonnait plus, parce que sa voix grave était si retentissante qu’elle menaçait de faire écrouler toutes les pierres de taille de sa haute prison.

Quelquefois Marie-Anne montait jusqu’à elle, et, quand elle arrivait enfin jusqu’à la forêt de madriers qui entourait la forme noire, elle se sentait prise d’une vénération qu’elle n’éprouvait même pas à un tel degré devant le tabernacle.

Dans une ombre vaste comme la nuit, la cloche était suspendue ; immobile comme la Tour elle-même, et pourtant Marie-Anne l’avait vue en mouvement.







Œuvres complètes de Pierre Louÿs, 1929 - 1931, tome 7 (French Edition) torrent download Rarbg free





48a4f088c3



Die Letzten (German) (German Edition)And+Justice+For+All+II%3A+The+Trial+Of+Francisco+Sancone+5%2F10%2F1910American Country: Bluegrass, Honky-Tonk, and Crossover Sounds (American Music Milestones)Laurence+Olivier+and+Richard+Burton%3A+The+Lives+and+Careers+of+Britain%26rsquo%3Bs+Most+Famous+Shakespearean+ActorsOur Book, or Literary Rambles of a Journalist (Classic Reprint) Washington FrothinghamAzawakh Coloring BookDrawing+Books+Adults%3A+Blank+Journals+To+Write+In%2C+Doodle+In%2C+Draw+In+Or+Sketch+In%2C+8%26quot%3B+x+10%26quot%3B%2C+150+Unlined+Blank+Pages+%28Blank+Notebook+%26amp%3B+Diary%29Book+of+History+and+ChronologyAnimales+Beb%26eacute%3Bs%3A+Libro+de+colorear+%28Spanish+Edition%29In God's Hands: The Spiritual Diaries of Pope John Paul II


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 3 Juil - 22:55 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    dégomekiller Index du Forum -> dégomekiller -> Postulation Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com